Trucs et Astuces

Accueil L'Auteur Liens Carte du site  

Remonter

 

Il m'a semblé judicieux de faire une page sur des théories concernant la Tiens, encore une Monette... trompette. Que sont ces théories ? Ce sont en fait des trucs, astuces et autres "bizarreries" qui font partie de la pratique courante de la trompette.

Ces "trucs" sont ici regroupés, en vrac, au gré de mes souvenirs, trouvailles ou ... de vos contributions (allez-y, n'hésitez pas !).


Cette fameuse pompe de ré, aussi appelée coulissière... Quel casse-tête pour les débutants ! Soit elle embête le monde parce qu'elle coulisse bien et qu'elle se sauve tout le temps, soit on est tranquille parce qu'elle est bloquée complètement ! Et puis il faut voir quand on leur demande de tirer pour le ré ! La trompette se décolle quasiment des lèvres...

Blague à part, la coulissière doit toujours être bien huilée; la mienne tombe seule (il y a une butée) si je mets ma trompette debout. Pourquoi ? Laissons répondre le grand Théo Charlier:

" Il n'y a aucun instrument à pistons qui ne soit juste pour former un son, et en voici la raison: l'emploi séparé des pistons allonge la colonne d'air de 1 ton (1er piston), 1 1/2 ton (2ème piston) et de 1.5 ton (3ème piston). Mais observons la trompette Sib (longueur théorique 1.475 m.). Pour faire un Ré, il faut allonger la colonne d'air de 0.612 m. Or le piston 1 donne  0.181m. , le piston 2  0.088m. , et le piston 3  0.279m. , ce qui donne 0.548 m. Il manque donc 0.064m. , et les sons sont trop aigus."

Notez que Charlier se réfère à une équation mathématique (parfaitement vraie) qui donne la valeur en fraction d'une note par rapport à la précédente, équation que l'on retrouve illustrée par les longueurs des percussions chromatiques de l'orchestre.

Solution ? Tirer la pompe de ré, pour allonger la colonne. Ce qui est vrai pour le Ré l'est aussi pour le Do dièze et le Fa dièze grave (quoique moins). Pour bien s'en rendre compte, accordez sur un Do une trompette Sib et une Ut, et faites un Ré en Sib et un Do en Ut. C'est la même note à l'oreille, mais mort à la justesse...

J'ai cependant entendu parler il y a peu d'une marque de trompette Suisse dont la conception spéciale évite ce problème. Sujet à creuser.

Conclusion: suspecte est la justesse d'un trompettiste qui ne se sert jamais de sa coulissière...


Question à 1 Nuts la bonne réponse : quand on chauffe son instrument (la trompette...), celui-ci devient plus grave, ou plus aigu ?

Réponse du quidam : plus grave, car le métal se dilate avec la chaleur et s'il se dilate il est plus long, donc le son devient plus grave. Et c'est là que vous laminez le pauvre gars en lui répondant que c'est faux. En effet, la vitesse du son augmente avec la chaleur, et donc forcément diminue avec le froid; c'est pour cela que si l'instrument est chaud, il est plus aigu.

Anecdote: lors d'un concert dans une église et en hiver, je déballe la bête (la trompette...) et je la pose sur la chaise le temps de sortir les partitions. Il faisait extrêmement froid, et ma caisse avait passé la nuit dans la voiture (oh, comme je m'en veux encore). La trompette était donc très froide, et le curé avait la délicieuse idée de balancer son chauffage au fioul à fond; nous étions évidemment installé devant l'énorme bouche de sortie d'air chaud... En 5 minutes, ma trompette était bouillante, et d'Ut elle était passé en Ré ! Impossible de l'accorder, et il à fallu demander au curé de bien vouloir arrêter turbine avant de faire friser les musiciens.

Conclusion: on monte mieux quand on est bien chaud...