Sourdines

Accueil L'Auteur Liens Carte du site  

Remonter


La sourdine est aujourd'hui indispensable au trompettiste. Elle fait partie de la large palette d'expressions et de couleurs dont se servent les compositeurs actuels.
On peut classer les sourdines en différentes catégories.

  • Sèches: c'est la plus utilisée dans le répertoire classique. Elle a en gros la forme d'une bouteille de bière (référence, référence). Le son qu'elle procure doit être métallique, et assourdi, mais sans déformation. Comptez dans les 300 F. pour un bon modèle. personnellement, j'utilise une Tom Crown tout cuivre. 
    Exemple en MP3 (130ko)
  • Bol: elle est plutôt destinée au jazz, quoiqu'on la rencontre souvent dans les concertos contemporains. Le boldes sourdines en vrac (Maurice André) assourdit, mais ne transforme pas trop le son, il l'adoucit. Certaines sourdines sont en métal, d'autres en fibre (une espèce de carton rigide). Le bol peut être amovible, réglable ou fixe selon les modèles. La mienne est une Humes Berg en fibre, garni d'un feutre dit "Mica", qui ajoute de la douceur au son.
    Exemple en MP3 (292 ko)
  • Wah Wah: c'est le fameux son "canard - coin - coin" qui fait rire tout le monde. Popularisée par le jazz, le son en est très assourdi est plutôt métallique (bien qu'il existe des modèles en plastique). C'est la sourdine de la pub Nestlé, avec du chocolat qui coule sur une poire (référence, référence). Le tube central peut être réglé pour changer le son, ou enlevé; la sourdine devient alors "wee-zee", dont le son a été rendu populaire par Miles Davis. Personnellement j'ai une sourdine à 200 balles (Emo), qui fonctionne correctement.
    Exemples en MP3 de Wah Wah (156ko); Wee-zee  (145ko); "Coin coin" (76ko)
  • Velvet: c'est un cylindre rempli de coton qui adoucit très fortement le son. Je n'en possède pas.
  • Plunger: c'est la sourdine que l'on remplace souvent par la ventouse du déboucheur d'évier. On s'en sert avec la main afin d'en obtenir un wah-wah (vous savez, les fameux "poup pap pou-ap" de Little Brown Jug. La mienne est une Humes et Berg.
    Exemple en MP3 (212 ko)
  • Muettes: ce sont des sourdines de travail, pour ne pas gêner les voisins. Ouais, bof. Faut souffler, là dedans, et c'est frustrant car on n'entend rien...
  • Silent Brass: c'est Yamaha qui a sorti ça. Personnellement, j'aime bien. C'est le principe de la Le Silent Brass Yamahasourdine muette, mais c'est moins dur à souffler. De plus, la sourdine est équipée d'un micro, relié à une "boîte" dans laquelle on branche un casque. Ca devient intéressant: je n'embête pas mes voisins, mais je m'entends jouer. Le son au casque est très bon, et ressemble à celui d'une sourdine sèche, et on peut jouer à deux (avec deux sourdines), voire plus, comme j'ai pu le voir lors d'un quintette à Musicora.
    C'est efficace : je joue souvent tôt le matin, alors que ma fille dort encore. Mais j'évite de ne jouer que grâce à elle car la façon de placer l'air est différente. Faut varier les deux. Mais j'en ai acheté une... Seul regret, le prix (un peu plus de 1000F).

Il existe des tas de marques de sourdines, dont les plus fameuses sont Tom Crown, Denis Wick, Peter Gane (cher !), Harmon, Humes & Berg (les rouges, sur mes photos). Même Maurice André a sorti sa marque de sourdine, dont un modèle d'allure bizarre qui veut remplacer plusieurs sourdines différentes.