La Norme Midi

Accueil L'Auteur Liens Carte du site  

Remonter

 

J'ai essayé d'être le plus précis possible, alors y a de la lecture...

Qu'est-ce que le midi ?
Conversation entre instruments
Applications du Midi
Qu'est-ce qui permet la conversation ?
Midi "One-Way"
Réduisez les distances
Les avantages du Midi
Instruments à l'unisson
Combinaisons d'instruments
Le séquenceur
Autres domaines
Vocabulaire
Vélocité et aftertouch
Polyphonie
Molette de pitch
Informations transmises
Canal
Modes
Les messages
Informations de notes
Program Change
Control Change
Aftertouch
Pitch
Contrôles (2)
Messages de modes
Sysex
Midi Clock
Start
Stop
Continue
System reset
System Common messages
Song Position Pointer
Song Select
Tune request
Tableau d'implémentation
Eviter les problèmes Midi
Connections
Ordre de mise sous tension
Gamme de Pitch
Contrôleurs
Exemple de 1ère mesure de séquence


Conversation entre les instruments de musique

Les instruments de musique ont finalement commencé à communiquer dans les années 80, possibilité qui fut une véritable révolution dans le monde de la musique électronique. Maintenant, un instrument ou un ordinateur, un séquenceur peuvent dire à un autre: "joue un Do central, mezzopiano, puis joue un Mi 4 forte". Le deuxième instrument reçoit et comprend ce message, et joue les notes demandées, tant qu'il peut comprendre le langage utilisé. Ce "langage" qui est maintenant universel est appelé "MIDI", pour interface numérique pour instrument de musique (en anglais, Musical Instrument Digital Interface). Les instruments n'ont cependant aucune volonté propre ! En fait, c’est le musicien le seul lien de la chaîne ayant un désir (fallait-il le préciser ?). Considérez le MIDI comme un langage utilisé pour envoyer des informations d'exécution. Le premier synthé MIDI a été le Prophet 600, de chez Sequential Circuit.

 

Applications du MIDI

Le système MIDI s'est développé très rapidement car il est applicable à toutes sortes de situation. MIDI est un terme universel. Bien qu'il existe de nombreux langages dans le mode comme l'Anglais, le Français, etc., MIDI est un langage unique et peut donc permettre une communication entre les instruments japonais et américain ou entre les instruments allemand et italien. Et, ce qui est très important, le MIDI peut même être utilisé pour "parler" à des instruments de différents fabricants. De plus, MIDI peut être appliqué à une grande variété d'instruments. De cette manière, il est possible pour un piano électronique de "parler" à un synthé ou à une boite à rythmes. En conséquence, le MIDI possède un potentiel de croissance et de développement énorme.

Qu'est-ce qui permet la conversation MIDI ?

Comment le MIDI est-il utilisé pour permettre cette "conversation" ? Pour expliquer ceci, regardez au dos de votre instrument Vous y verrez plusieurs connecteurs, parmi lesquels les connecteurs MIDI IN, MIDI OUT et bien souvent un connecteur MIDI THRU. Ce sont les oreilles et la bouche utilisées pour la conversation MIDI et ces connecteurs sont essentiels pour une communication MIDI. La "conversation MIDI" réelle se déplace du connecteur MIDI OUT d'un instrument vers le connecteur MIDI IN d'un autre instrument, en raccordant un seul câble MIDI entre ces deux prises Le câble utilisé possède cinq broches correspondant aux cinq trous dans chacune des prises.

REMARQUE: Les prises "DIN SYNC" ressemblent beaucoup aux prises MIDI, mais leur fonction est complètement différente. Ne connectez pas un câble MIDI dans une prise DIN SYNC.

La prise MIDI IN est pour la réception des données MIDI (c'est l'entrée des informations MIDI). La prise MIDI OUT sert à envoyer les données d'un instrument et correspond donc au point de sortie des informations MIDI. Comme vous pouvez le voir, les prises MIDI IN et MIDI OUT sont relativement faciles à comprendre et à utiliser.

La prise MIDI THRU est toutefois un peu plus difficile. MIDI THRU est similaire à MIDI OUT dans le sens où elle "parle" à l'instrument suivant mais, elle ne fournit pas la conversation propre de cet instrument car elle ne fait que "répéter" (on l’appelle parfois en français " prise écho ") ce qu’elle a entendu de MIDI IN. De cette manière, les informations du clavier maître ‘celui sur lequel vous jouez) peuvent contrôler les claviers numéro 2 et 3. Une telle combinaison de plus de 2 instruments est appelée un "système MIDI". Bien entendu, sans la prise MIDI THRU, ce montage ne peut devenir un système MIDI et il est ainsi aisé de comprendre l'utilisation de MIDI THRU pour agrandir le système MIDI.

Conversation MIDI "One-Way"

Les informations MIDI sont envoyées de MIDI OUT à MIDI IN ou de MIDI THRU à MIDI IN. Les informations sont toujours envoyées "à sens unique" (One-Way) de sorte que l'unité qui "parle" et l'unité qui "écoute" dans une conversation MIDI restent toujours les mêmes. Par exemple, un clavier contrôleur MIDI qui ne possède pas de son par lui-même ou un module sonore (expandeur) MIDI qui ne possède pas de clavier, et ainsi de suite, possèdent des rôles fixes. Ils sont soit le "maître" soit "l'esclave". Dans cette situation, l'unité qui "parle" (sur laquelle vous jouez) est appelée le maître et l'unité qui "écoute" est l'esclave. Par exemple si vous faites de la MAO, l’ordinateur sera le maître, l’expandeur ou la carte son seront les esclaves. Un maître peut donc avoir plusieurs esclaves.

 

 Réduisez les distances

Il peut sembler possible de construire une chaîne d'instruments placés les uns après les autres, via un très grand nombre de connexions MIDI THRU. Mais en réalité une conversation MIDI comprend certains "dialogues" compliqués et un nombre excessif de connexions MIDI THRU peut déranger la conversation, la rendant de plus en plus difficile à "comprendre". Pour cette raison, le 4ème ou le 5ème instrument dans la chaîne peut recevoir des données incorrectes. Pour éviter ces situations, il est nécessaire de placer les instruments maître et esclave aussi près que possible les uns des autres ; pas le placement physique des instruments, mais plutôt le nombre de connexions MIDI existant entre eux.

Dans le cas de systèmes complexes (comprenez avec beaucoup d’instruments), il est nécessaire d'utiliser un boîtier MIDI THRU ou un sélecteur de sortie (OUTPUT). Ces boîtiers MIDI THRU envoient en même temps les informations MIDI du maître vers les esclaves de sorte que chaque esclave reçoive les informations directement (correctement), sans intermédiaire.

Haut de Page

Deux instruments en unisson

A l’origine du MIDI, il ne pouvait quasiment servir qu’à jouer à l’unisson. En effet, si les instruments actuels sont largement multitimbraux (i.e. jouent de plusieurs sons différents en même temps), il n’en pas toujours été de même. Si je me souviens bien, un des premiers à être bi-timbral ( !) a été le Roland D50 (vous savez, le synthé du Grand Bleu). Le fameux DX7 était monotimbral, jusque sa version II. Branchés en MIDI, deux synthés ne pouvaient donc jouer que les mêmes notes, avec chacun un son différent. On pouvait mixer un piano et des violons, un synthé et une trompette, etc. C’est l’époque de l’empilage de claviers sur scène.

 

Combinaisons de différents types d'instruments

Comme nous l'avons mentionné, différents instruments peuvent "se parler" grâce au MIDI. Naturellement, il est facile de prévoir que les claviers vont "se parler" entre eux, mais qu'est-ce qu'un piano peut bien dire à une boite à rythmes, il est difficile d'imaginer ce que peut être le résultat.

Pensez à ce qui peut arriver si vous connectez un piano à une boite à rythmes, le piano comme unité maître et la boite à rythmes comme unité esclave. Vous pouvez alors choisir les sons (les affecter) de sorte qu'en jouant la touche "DO" du piano, un son de grosse caisse se fasse entendre, peut être que la touche "RE" jouera la caisse claire et que la touche "SOL" jouera un tom, etc. Il vous est ainsi possible de jouer une batterie, non pas en utilisant les baguettes, mais en appuyant sur les touches appropriées du clavier. C’est comme çà qu’est née la notion de drumsets que vous connaissez peut-être. Et ne pensez pas que c’est quelque chose d’inutile, je vous promet que je connaît des Orchestres qui utilisent ce système pour ajouter des percussions exotiques au batteur.

Que ce passe-t-il si la boite à rythmes est l'unité maître et le piano l'unité esclave; Cette fois, si la boite à rythmes joue un rythme préprogrammé, le piano jouera le même morceau. Toutefois, lorsque la boite à rythmes joue une grosse caisse, le piano jouera un "DO", etc. Juste l'inverse de la situation précédente. Mais bof. Là, je vois pas l’intérêt. Quoique sur la Roland R5 (boîte à rythmes), on pouvait programmer des patterns de percu avec la basse, la boîte en possédant quelques sonorités ; on pouvait se passer de bassiste, et je me souviens d’un guitariste que j’avais croisé en vacances et qui jouait comme çà.

REMARQUE: Une boite à rythmes possède une capacité de note limitée (comprenez une mémoire) de part sa nature et ne peut généralement se rappeler que de quelques morceaux et il est donc plus pratique d'utiliser un séquenceur ou un ordinateur pour ce type d'exécution. En effet, si un séquenceur sert à enregistrer toutes les notes du morceau, la boîte à rythmes n’enregistre que quelques patterns que l’on assemble ensuite pour faire le morceau. Exemple : 3 fois le pattern 1, puis 2 fois le pattern 2, puis 1 fois le pattern 6, etc. 

Haut de Page

De nos jours, je l’ai déjà dit, tous les instruments sont multitimbraux. Avec une petite boîboîte, vous pouvez faire jouer jusque 64 instruments différents. C’est la norme actuelle, ce que l’on formule par " 64 voies disponibles ".

Alors, le séquenceur, c’est quoi ?

A l’origine, c’était une boîte (encore !) dont le rôle était d’enregistrer et de stocker ce que l’on jouait afin de le retransmettre ensuite aux modules ou aux synthés branchés derrière. Les données étaient stockées sur disquettes, et on pouvait se balader avec ses séquences sous le bras. Le séquenceur était soit une boîte seule (Roland MC500, par exemple. J’en ai eu un autre dont je ne me souviens même plus le nom, et qui stockait les séquences sur disquettes 2,8 pouces), ou il pouvait être intégré dans un clavier, comme dans le T3 Korg. C’était pratique, mais les séquences avaient un format propriétaire, et on était prisonnier de la capacité mémoire (exprimée en notes) de la bête.

Ce système existe toujours aujourd’hui, quoique plus ouvert, et est surtout destiné à la scène.

Aujourd’hui, le type même du séquenceur est le logiciel qui vous permet de faire ce que vous voulez, et qui enregistre tout çà au format propriétaire, ou alors au format .mid, format universel que nous verrons plus loin. Avec Cakewalk, par exemple, on a droit à 256 pistes (instruments), et on peut même mixer de l’audio avec le midi (les chœurs par exemple).

L’avantage des fichiers mids, c’est qu’ils sont compris par tous les instruments dits " GM ", " GS " ou " XG ". La trompette sera toujours une trompette quel que soit l’instrument, et le fait qu’elle ne sonne pas de la même façon ne fait que donner aux machine un peu plus de personnalité.

Haut de Page

 

Il existe encore de nombreuses autres possibilités. Par exemple, lors du passage d'un son dans un système MIDI, il est également possible d'activer ou de désactiver toute un ensemble d'effets, un retard ou une réverb par exemple. Un séquenceur MIDI peut également être synchronisé avec un magnétophone multipiste (MTR), une bande vidéo. On peut facilement, grâce à un contrôleur spécial, faire jouer une guitare avec un synthé. Une guitare avec un son de strings, çà vaut le détour, je vous assure… Le concept est extrêmement polyvalent et dépend plus de l’imagination de chacun que d’autre chose. Il existe même des jeux de lumières pilotables en midi.

Haut de Page

 

Pour éviter toutes confusion, voyons un peu plus en détail les termes employés ici (avant ou après).

La vélocité et l’Aftertouch

Les messages donnant des informations quant à la vélocité d'attaque et de relâchement (Release) des notes ne peuvent être évidemment générés que par des synthétiseurs équipés d'un clavier sensible à la vélocité. De même, les informations concernant l'Aftertouch (Pressure) ne peuvent être transmises que par des claviers sensibles au toucher. En règle générale, un synthétiseur sensible aux informations de pression ne réagira pas lorsqu'il est relié à un clavier qui ne l'est pas, ce qui n'est forcément pas le cas dans la situation inverse. En effet, certains nouveaux appareils répondent quand même aux messages d'Aftertouch en dépit du fait qu'ils ne peuvent pas les générer eux-mêmes.

 

La Polyphonie

Les synthétiseurs n'ont pas tous le même nombre de voix. Les anciens étainent polyphoniques 6 voix, d'autres 8 ou encore 16 voix, aujourd’hui la norme est de 64. Que se passe-t-il lorsqu'un synthétiseur reçoit des messages Note On qui dépassent le nombre de ses voix internes disponibles ? Il va ignorer les notes excédentaires à ses capacités de polyphonie, ou couper les notes les plus anciennes.Certains appareils offrent une fonction Expansion ou Spill-Over. Celle-ci permet à deux synthétiseurs identiques de devenir un seul synthétiseur polyphonique possédant le double de polyphonie. Exemple: deux M1R Korg (16 voix) ne forment plus qu'un seul synthétiseur polyphonique 32 voix en fonction Spill-Over. On trouve souvent cette caractéristique sur les appareils multitimbraux répondant aux modes 3 (Split) et 4. En effet, l'utilisateur a tendance à demander trop de polyphonie à un appareil qui génère effectivement plusieurs sons mais dont le nombre de voix n'est pas extensible. Certains fabricants ont trouvé une solution à l'équation: nombre de sons / polyphonie totale, en développant la technique d’allocation dynamique des voies. Les synthétiseurs à allocation dynamique gèrent eux-mêmes à chaque instant le nombre de voix à accorder à tel instrument en fonction du nombre de notes effectivement jouées. Par exemple: vous plaquez un accord de 6 notes de piano, laissant 2 voix pour la trompette et pour la flûte; l'instant d'après le piano arrête de jouer mais une pèche de cuivres survient: le synthétiseur décidera lui-même qu'au départ c'est la sonorité de piano qui a besoin de la quasi totalité de la polyphonie et que, l'instant d'après, les sons de cuivres ont le monopole de l'attribution des voix (ex: Proteus d'E-Mu, Roland D-110). Mais de nos jours, c’est désuet, car les machines tendent de plus en plus à offrir un nombre de voies largement suffisant pour le commun des mortels (enfin pour moi, toujours.)

La molette de Pitch

Les messages Pitch Bender Change indiquent, comme nous l'avons signalé, un changement de position de la molette et non pas une variation de la hauteur tonale. Un problème surgit lorsque deux instruments reliés entre eux n'interprètent pas cette position pour une même variation de hauteur (pitch). En effet, la molette de certains appareils agit sur quelques demi-tons, celle d'autres sur une octave entière. Certains appareils permettent enfin un réglage de l'étendue de son action. Trois cas peuvent se présenter:Si le Bender n'est réglable sur aucun des deux instruments, les deux synthétiseurs se désaccorderont rapidement au moindre mouvement de celui-ci. Il faut alors le mettre hors service ou éviter de l'utiliser.
Si l'une des deux molettes est réglable, il convient alors de l'accorder sur le même intervalle que celle qui est fixe.
Dernier cas: les deux molettes sont réglables, l'utilisateur peut alors choisir leur étendue d'action et les accorder entre eux sans problème.

Haut de Page

 

Canal et Mode MIDI

Canal

Comme nous l’avons vu, le MIDI est capable de transmettre un grande variété d'informations d'un instrument maître à un instrument esclave. Une partie unique ou une partie multiple peut être transmise, par exemple via un système de séquenceur.

Dans ce but, la norme MIDI comprend 16 "canaux". Tous les différents types de conversation MIDI peuvent être envoyés séparément sur ces 16 canaux. Ainsi, avec un seul câble MIDI, 16 parties peuvent être jouées en même temps, une partie par canal.

L'instrument MIDI maître peut alors décider (c’est vous en fait) du canal sur lequel la transmission de tel ou tel son se fera. D'un autre côté, l'instrument esclave peut choisir le canal MIDI qu'il désire "écouter". Même si des informations sont reçues sur les 16 canaux MIDI, l'unité esclave "n'entendra" que le canal choisi, ou sur tous les canaux.

Par exemple, dans un ensemble de plusieurs synthés, si un instrument est réglé en réception sur le canal 5, il ignorer a les données des autres canaux. Il transmettra toutes les données de tous les canaux, mais ne jouera que celle transitant sur le canal 5. Inutile de vous dire le casse-tête que c’était pour faire des séquences avec seulement deux claviers et une boîte à rythmes…

De nos jours le système courant est l’ordinateur qui envoie les données, et 1 module sonore (expandeur ou synthé) qui les traite. C’est si simple et si puissant.

 

Modes

Comme nous l'avons déjà mentionné, il est nécessaire d'utiliser le même canal MIDI si une unité maître et une unité esclave doivent jouer en unisson. Il existe toutefois une autre manière de permettre à l'unité esclave de recevoir les informations. Ce mode est appelé "OMNI ON" et il oblige l'unité esclave à répondre aux 16 canaux en même temps. Dans un montage simple d'une unité maître et d'une unité esclave, ce mode est très utile car l'unité esclave n'a pas besoin de connaître le canal utilisé par l'unité maître. Elle "entend" tous les canaux. Toutefois, lors de l'utilisation d'un séquenceur jouant sur différents canaux, il n'est pas possible de séparer les informations. Dans ce cas, l'unité esclave doit être réglée dans le mode OMNI OFF de manière à ne recevoir les informations que sur le canal choisi. Le MIDI possède également les modes "POLY" et "MONO". Ces modes permettent de décider si les informations doivent être envoyées sous la forme d'informations "monophoniques" (une note) ou ''polyphonique" (plus d'une note). Les instruments à clavier tels que les pianos et les synthés utilisent généralement le mode POLY.

Le mode MONO est principalement utilisé pour les contrôleurs de guitare MIDI. Dans ce mode, les informations relatives à chaque corde de guitare sont envoyées sur des canaux séparés, divisant ainsi la source sonore en 6 synthés monophoniques. Un canal MIDI de BASE est alors réglé et les 5 canaux suivants sont utilisés pour les autres cordes.

Pour permettre la sélection entre les modes POLY, MONO, OMNI, etc., MIDI comprend un sélecteur de MODE avec 4 possibilités, MODE 1 à 4.

MODE 1: OMNI ON, POLY
Reçoit les informations sur tous les canaux Polyphonique

MODE 2: OMNI ON, MONO
Reçoit les informations sur tous les canaux, mais ne joue qu'une note à la fois

MODE 3: OMNI OFF, POLY
Ne reçoit les informations que sur le canal MIDI choisi. C’est le mode normal.MODE 4: OMNI OFF, MONO
Reçoit les informations sur les canal(ux) spécifique(s) et ne joue qu'une note par canal, utile pour les contrôleurs de guitare

Haut de Page

Le MIDI contient de nombreux types d'informations qui peuvent être utilisées pour transmettre des détails d'exécution d'une unité maître à une unité esclave. Des informations telles que le moment où une note a été jouée ou relâchée (note on et note off), le jeu de la grande pédale, etc.
Ces informations sont divisées en "messages de canal" (chanel message) et "messages de système" (Sysex).

Messages de canal


Les messages de cette catégorie décrivent tous les événements musicaux concernant le jeu du musicien et le réglage des sonorités. La plupart des messages échangés par le MIDI appartiennent à cette catégorie. Comme leur nom l'indique, ils tiennent compte du canal MIDI choisi par l'utilisateur . Ces messages de canal sont encore divisés en 2 catégories, les "Messages de Voix" et les "Messages de Mode".

 

Messages de voix

Information de note 

Note On Ce message détermine qu'une touche a été enfoncée. Trois informations: le canal MIDI utilisé (1 à 16), la note jouée (O à 127) et la vélocité d'attaque de la note (O à 127). Les synthétiseurs non-équipés d'un clavier sensible à la vélocité du jeu transmettent une valeur moyenne de 64. Une vélocité égale à O équivaut à un message NOTE OFF.Note OffIl détermine qu'une touche du clavier est relâchée. Trois informations: le canal MIDI utilisé (1 à 16), la note relâchée (O à 127) et la vélocité de relâchement de la note, le Release (O à 127). Les claviers qui ne peuvent pas transmettre l'information de Release envoient le message Note On avec une vélocité d'attaque égale à O, au lieu du message explicite Note Off.

Les informations de note sont les informations les plus fondamentales ; elles signalent simplement la touche qui a été enfoncée, quand elle a été enfoncée et quand elle a été relâchée.

 

Changement de programme (Program Change)

Un message "Program Change" est utilisé pour signaler à l'unité esclave qu'elle doit changer le son qu'elle utilise. Les synthés, les pianos électroniques et les machines d'échantillonnage possèdent des mémoires contenant de nombreux sons. La norme GM en avait standardisé 128, le GS peut en théorie en accepter 16384 (chez Roland, on est prudent) ; les expandeurs en ont aujourd’hui plus de 1000 (NS5R Korg, SC88 pro Roland, MU 100 Yamaha). Avec ces messages "Program Change", le musicien peut choisir le son à utiliser, soit en live, par le biais des boutons du clavier maître, soit dans les séquences.

 

Changement de contrôle (Control Change)

Un message "Control Change" peut ajouter une nuance subtile à une exécution, avec des éléments tels qu'une modulation (c.-à-d., un effet de vibrato ou de tremolo), l'effet de la grande pédale (damper), de la pédale forte et de portamento. Ces messages ne sont pas utilisés dans tous les instruments MIDI, notamment dans les pianos électroniques de base. Donc, l'unité maître peut utiliser des effets auxquels le piano ne répondra pas. Pour connaître les contrôleurs auxquels un instrument spécifique répondra, reportez-vous au "Tableau d'implémentation MIDI" (midi implementation chart) qui se trouve à la fin du mode d'emploi de cet instrument (on va en parler plus bas).

 

After Touch

Les synthés et les échantillonneurs (samplers) permettent de contrôler le vibrato, la brillance, le volume, etc. en jouant simplement une touche plus fortement après la pression initiale. Cet effet est appelé "After Touch" et peut être utilisé pour transmettre les même effets via MIDI. Bien entendu, l'instrument esclave doit alors décider de la manière d'utiliser les informations d'After Touch qu'il reçoit ; l’effet appliqué à l’aftertouch est décidé…par vous.

Trois informations sont transmises: le canal MIDI utilisé (1 à 16), la note concernée par l'Aftertouch (O à 127) et la valeur de la pression appliquée sur cette note (O à 127).

 

Pitch Bender

Ce message indique, outre le canal MIDI utilisé (1 à 16), que la position de la molette de Bender est changée. Il ne donne donc pas une indication sur la hauteur tonale mais sur la position physique de la molette: la différence est importante comme nous le verrons par la suite. La position de la molette est précisée par le Data Byte (O à 127). Une valeur moyenne de 64 correspond à la position centrale (au repos) de la molette.

 

Control Change

Ils servent à modifier, toujours à distance ou en programmation de séquences, certains paramètres.
Voici ceux utilisés par la norme GM : Sélection de Banque (contrôleurs N° 0, 32) ; Modulation (1) ; Durée du portamento (5) ; Volume (7) ; Panoramique (10, centre = valeur 64) ; Expression (11) ; Entrée de donnée (6, 38) ; Pédale Damper (64) ; Portamento (65) ; Sostenuto (66) ; soft (67) ; réverbération (91) ; chorus (93) ; NRPN LSB et MSB (98 et 99) ; RPN LSB et MSB (100 et 101) ; All sounds off (120) ; Reset all contol (121).

NRPN et RPN servent à initialiser certains paramètres définis par la normes GM ; vous trouverez des exemples en fin de document.

Trois informations sont transmises par ce message: le canal MIDI concerné (1 à 16), le numéro de code du réglage (0 à 120) et la valeur indiquant la position du réglage. Pour les interrupteurs, la valeur 127 correspond à la position ON et la valeur 0 à la position OFF.

 

Messages de Mode

Comme cela a été mentionné, le MIDI possède 4 MODES et les messages de MODE sont utilisés pour changer le MODE d'une unité esclave. Certains vieux synthés ou pianos électroniques sont dans le MODE 1 (OMNI ON, POLY) lorsqu'ils sont mis sous tension et il est nécessaire de les régler dans le MODE 3 (OMNI OFF, POLY) pour les utiliser avec un séquenceur. A cause de cela, certains séquenceurs envoie automatiquement un message de mode pour régler les unités esclaves dans le MODE 3. La mise sous tension des unités esclaves, suivie par celle de l'unité maître permettra souvent d'obtenir le même résultat.

REMARQUE: Prenez l'habitude de mettre l'unité maître sous tension en dernier. 

Haut de Page

 

  • Messages de système (Sysex)

Les messages de système peuvent être envoyés, quelle que soit la manière dont les canaux MIDI des unités esclaves et maîtres sont réglés, car ils sont utilisés pour contrôler l'ensemble du système MIDI, c'est-à-dire, tous les instruments connectés par les câbles MIDI ; ils ne dépendent pas d’un canal. Ils peuvent par exemple être utilisés pour synchroniser un séquenceur et une boite à rythmes, de sorte que les deux appareils puissent jouer ensemble, exactement dans le même temps, ou pour commencer ou arrêter une exécution ou, tout simplement, pour éviter des problèmes dans le système MIDI.

 

MIDI Clock

Permet à deux machine de fonctionner en synchronisation. L’horloge midi divise la noire en 24 impulsions.

 

Start

Message transmit lorsque l’on fait " play ". Toutes les machines démarrent en même temps.

 

Stop

Inverse de start (waouh). En général un message All Notes Off est alors transmit.

 

Continue

Message qui correspond au bouton " pause " de la chaîne hi-fi. Les machines redémarreront là où elles se sont arrêtées.

 

System Reset

Quand une machine reçoit ce signal, elle se remet dans l’état où elle se trouvait lors de sa mise en marche (c’est le bouton " panic ").
Il existe en plus de ces messages d’autres qui sont des messages exclusifs à un fabricant particulier. Avec ces messages, chaque fabricant possède un "numéro d'identification" que ses instruments peuvent reconnaître. Toutes les données exclusives de système reçues avec un numéro d'identification erroné sont ignorées par les machines d'un fabricant particulier. Avec les messages "Exclusive", il est possible de transmettre des données entre des synthés ou de changer les paramètres d'un synthé (brillance, cutoff, etc.). Un bon exemple est le module de sons KORG NS5R, qui est capable de recevoir et comprendre les messages GM (universels), GS (Roland) et XG (Yamaha).

Haut de Page

 

Ces messages s’adressent plus aux boîtes à rythmes et séquenceurs / arpégiateurs.

 

Song Position Pointer

Localise précisément l’endroit d’une séquence, et met tout le monde dessus.

 

Song Select

Choisi le numéro de la séquence désirée.

 

Tune Request

Accorde l’appareil qui le reçoit sur la fréquence fixée par le constructeur (en général, le bon vieux LA à 440 hertz).

 

Haut de Page

Bien que le MIDI permette à une grande variété d'instruments de communiquer, cela ne signifie pas que tous les instruments comprennent tout le langage MIDI.

Par exemple, la connexion d'un câble MIDI d'un synthé à une unité d'effet MIDI n'implique pas que vous pourrez faire ce que voulez avec l'unité d'effet. Ou, l'utilisation d'un synthé avec "Pitch Bend" connecté à un piano électronique ne changera pas forcément le diapason du piano. La simple connexion d'un câble MIDI ne suffit pas. Pour que les informations soient correctement communiquées entre les deux instruments, ils doivent tous deux être capable de comprendre les informations particulières qu'ils échangent.

Je l’ai déjà dit, que ferai un simple piano électronique de base d’une molette de pitch ?

Donc, dans un système MIDI comportant de nombreux instruments, il est nécessaire de vérifier les informations que chaque instrument peut envoyer et recevoir. Pour permettre de vérifier le mode d'emploi possède un "Tableau d'implémentation MIDI", indiquant les diverses informations qui peuvent être envoyées et reçues.

 

Comment lire les Tableaux d'implémentation MIDI

Sur la gauche du tableau se trouve une liste de divers noms de type d'informations MIDI. La ligne transmet / reçoit (tx/rx) indique la capacité de l'instrument à transmettre ou recevoir ces données, à l'aide du symbole "O" pour oui et du symbole "X" pour non. Si cette capacité dépend d'autres facteurs, des informations supplémentaires sont également indiquées.

 

Basic Channel

Deux informations : default (canal de base lors de la mise sous tension) et Changed (réglable). Dans ce cas, le canal sélectionné la dernière fois que l'appareil a été utilisé sera automatiquement rappelé et le tableau indiquera que la mémoire fonctionne même lorsque l'appareil a été éteint (memorized). Les lignes suivantes indiquent le nombre de canaux MIDI pouvant être réglés, normalement 1 - 16.

 

Mode

Il y a 3 lignes pour le Mode : default, Message et Altered.
Default indique le mode dans lequel se trouve l'appareil lorsqu'il est mis sous tension. La ligne Message indique si l'instrument peut recevoir des Messages de Mode ou, après la réception d'un message de mode, s'il peut encore changer de mode. La ligne alternative n'est utilisée que pour les instruments pouvant recevoir des messages qui le placeront dans un mode spécial; ce mode spécial est alors décrit dans cette ligne.

 

Numéro de note

Cette ligne indique la gamme de note sur laquelle l'instrument peut recevoir ou transmettre des informations. Un instrument peut généralement transmettre un nombre de numéro de note équivalent à son nombre de touches (tel do a tel numéro, etc.), alors qu'il peut recevoir des informations sur une gamme beaucoup plus étendue. Un expandeur n’a pas de touches (sic) donc ne peut envoyer de numéro de note, mais peut les recevoir (heureusement !). Certains instruments peuvent recevoir des notes très hautes ou très basses, mais jouer les notes dans une octave différente; ceci est également mentionné dans cette ligne.

 

Vélocité

Nous trouvons des lignes Note On et Note Off pour la vélocité. Cette ligne indique si l'instrument peut transmettre ou recevoir ces deux informations de vélocité. Elle ne représente pas la possibilité réelle de Note On/Off, mais seulement la puissance de frappe de Note On ou Off respective. S'il y a un "X" dans l'une des lignes, cela ne signifie pas que l'instrument ne peut reconnaître une Note Qn ou Off, mais seulement qu'il ne reconnaît pas la puissance avec laquelle la touche a été enfoncée ou relâchée. Lorsque l’information est transmise ou reconnue, la valeur en est donnée (généralement de 0 à 127).

 

After Touch

Indique si l'instrument peut recevoir / transmettre des informations d'after-touch. Les lignes correspondent à l'after-touch de canal (une valeur par canal MIDI, donc par son) et l'after-touch polyphonique (un after-touch séparé pour chaque note donc pour chaque doigt qui joue). La mention d'after-touch seule correspond normalement à l'after-touch de canal.

 

Pitch Bend

Indique si l'instrument peut recevoir / transmettre les informations de Pitch Bender.

 

Control Change

Cette ligne indique si l'instrument peut ou pas transmettre / recevoir des informations de contrôle de modulation, grande pédale, portamento, etc. Ces contrôles sont particulièrement importants lors de la connexion de deux synthés ou d'un synthé et d'un piano. La colonne remarks décrit le contrôle pour les valeurs données.

 

Program Change

Indique si l'instrument peut ou pas transmettre/ recevoir des informations "Program Change" et les numéros qu'il utilise.

 

System Exclusive

Cette ligne indique si des données peuvent être transmises / reçues via les messages System Exclusive.

 

System Common

Cette section est pour les systèmes MIDI basés sur un séquenceur (boîte à rythmes). Elle indique si l'instrument comprendra les informations MIDI "Song Position Pointer" par lesquelles l'instrument peut décider la mesure à partir de laquelle commencer le jeu (la synchronisation de mesure)tempo, et la sélection MIDI SONG, pour décider du morceau à jouer, etc.

 

System Real Time

Les informations Real Time (Temps Réel) correspondent à la possibilité de la machine d'être synchronisée via MIDI. Si l'instrument comprend les informations d'horloge (Clock), alors il peut jouer dans le tempo avec d'autres instruments, par exemple les arpégiateurs à la mode. S'il comprend les informations "Command", il saura également quand commencer à jouer et quand arrêter.

 

Aux Messages

Cette ligne est utilisée pour indiquer si l'instrument est capable de recevoir des informations qui lui permettront d'éviter des problèmes MIDI. Cette partie est utilisée pour les exceptions à la règle. Par exemple, si les fonctions d'un instrument changent en fonction des réglages de paramètres spécifiques, ces fonctions seront indiquées ici.
On trouve entre autres Local On/Off (activation : désactivation du module sonore interne ; vous jouez ou pas avec les sons du clavier maître) ; All Notes Off (message qui coupe toutes les notes résiduelles que l’on peut parfois entendre).

Donc, lorsque vous connectez deux instruments ou plus avec des câbles MIDI, il vous suffit de vérifier les lignes correspondantes de leur tableau d'implémentation MIDI respectif pour voir si la communication des informations dont vous avez besoin est possible.

Haut de Page

 

Connexions des câbles MIDI

Il est évident que si les câbles ne sont pas correctement connectés, les informations d'exécution ne peuvent être correctement communiquées. Assurez-vous que les câbles sont bien connectés du connecteur MIDI OUT de l'unité maître au connecteur MIDI IN des unités esclave (ou de MIDI THRU à MIDI IN).

 

Comment connecter les cibles MIDI et commutation des canaux MIDI

Lorsque vous désirez modifier une connexion, coupez toujours l'alimentation avant de débrancher les câbles. Si vous êtes en train de jouer et qu'un câble est retiré, il peut ne pas être possible d'arrêter le son. Certains claviers anciens ne permettent pas de changer les canaux MIDI pendant le jeu d'une note et il est donc nécessaire d'arrêter de jouer avant de changer les canaux.

 

Ordre de mise sous tension

Mettez toujours l'instrument maître sous tension en dernier. En fait, vous ne pouvez rien abîmer en le mettant sous tension en premier, mais le montage peut être grandement facilité si vous terminez avec l'instrument maître. Ceci est dû au fait que l'instrument maître envoie souvent des messages de Mode qui régleront correctement les unités esclave.

 

Gamme de Pitch Bend et Effets d'After Touch

Bien que le MIDI puisse transmettre les informations de Pitch Bender et d'After Touch, il ne fait en fait que décrire la manière dont le levier de pitch bander a été bougé physiquement ou la pression avec laquelle les touches ont été enfoncées. Il ne décrit pas la variation actuelle du diapason ni l'effet d'aftertouch. La gamme de changement de diapason (Bender Range) et les effets causés par l'aftertouch doivent être réglés sur les deux appareils, le maître et l'esclave. Sur certaines séquences, on rencontre le pitch programmé avec une plage de valeur d’une octave (+ 12 ½ tons à fond à droite, - 12 ½ tons à fond à gauche), et parfois le pitch est réglé sur 2 tons. A vous de régler correctement le tout avant chaque séquence, pour ne pas avoir de surprises.

 

Utilisation des contrôleurs

Lorsque l’on fait des séquences Général Midi, il est important d’initialiser tous les paramètres. Imaginez que vous veniez d’ébahir votre tante spécialement revenue d’Ouganda en lui faisant écouter une séquence achetée chez votre fournisseur. Puis, tout fier, vous voulez lui faire écouter votre programmation du tube de l’été. Malheureusement, le programmateur avait prévu quelques réglages dans sa séquence : valeur de pitch d’une octave, sons programmés, chorus à fond, volume bidouillé, canal 4 légèrement désaccordé, etc. Votre séquence, je peux vous l’assurer, ne va pas vraiment sonner comme vous l’espériez, et à moins d’avoir vous même prévu les valeurs de vos paramètres, adieu le gros billet de tantine…

La solution est simple : il suffit de programmer une mesure vide au début de chaque piste de chaque séquence, dans laquelle vous mettrez vos paramètres. Le fichier sera sauvegardé au format .Mid, et vous pourrez vous en servir comme d’un modèle de document.

Haut de Page

 

Voici ci-dessous la mesure en question dont je me sert.

Contrôleur N°

Nom

Valeur

Effet

1

Modulation

0

Pas de modulation

7 volume 100 Volume général de la piste (0 à 127)
10 panoramique 64 Milieu du spectre sonore (0 = à droite, 127 = à gauche)
11 expression


100 Equivaut à la pédale d’expression du synthé (0 à 127)
64 damper 0 Pas de pédale de sustain
91 reverb 100 Valeur de réverbération (0 à 127)



93 chorus


20 Valeur de chorus (0 à 127)

VOIR
CI
DESSOUS

99 NPRN MSB 0 Définition du Pitch Bend selon la norme GM

VOIR
CI
DESSOUS

98 NPRN LSB 0 VOIR
CI
DESSOUS
6 valeur


2 Plage attribuée, ici 2 (1/2 tons)

VOIR
CI
DESSOUS

101 RPN LSB 0 VOIR
CI
DESSOUS
100 RPN LSB 0 VOIR
CI
DESSOUS
6 valeur 0 VOIR
CI
DESSOUS

 

RPN et NRPN

RPN (Numéros de paramètres référencés)

Les messages RPN représentent une possibilité d’extension pour les messages de changements de commandes. Chaque fonction de RPN est fixée par la norme MIDI, et est reconnu universellement par toutes les machines compatibles GM.

Fonctionnement : il suffit d’envoyer les contrôleurs 99, puis 98 (dans cet ordre) avec pour chacun une valeur qui définira le paramètre dont il va être question. Dans mon exemple, les contrôleurs ont tous deux la valeur 0, ce qui correspond à la définition du pitch bend ; vient juste derrière le contrôleur 6, qui va me permettre de donnée la plage du pitch (son étendue en suivant le déplacement physique de la molette), ici 2 ½ tons.
Les autres RPN sont 99 (0) et 98 (1), puis 6 (valeur) : accord général fin ;
99 (0) et 98 (2), puis 6 (valeur) : accord général grossier.

L’envoi et la programmation de ces données dépend du logiciel utilisé. En général on y a accès dans la fenêtre d’édition d’événements.

 

NRPN (Numéros de paramètres non référencés)

Comme les messages RPN, les NRPN représentent une possibilité d’extension pour les messages de changements de commandes. Mais cette fois, c’est le fabricant qui fixe les paramètres NRPN, et ceux-ci ne sont compréhensibles que par des machines compatibles (GS, XG), voire de même type.

Le fonctionnement est semblable aux RPN, mais les contrôleurs sont les 101 et 100 (dans cet ordre), suivis évidemment du 6 pour la valeur. Les paramètres peuvent donc varier d’une machine à l’autre, ou plus généralement d’une marque à l’autre.

Dans la norme GS on trouve la vitesse, l’amplitude et le délai du vibrato ; la brillance et la résonance de cutoff, l’accord de sons des percussion, etc. A peu de choses près (percussions notamment), c’est pareil pour la norme XG.

En général, les NRPN ne sont reconnus que lorsque la norme est annoncée : si l’expandeur sait que la séquence est GS, il fera attention à d’éventuels messages NRPN, sinon ils seront ignorés ; compatibilité avec le GM oblige.

C’est pourquoi on peut envoyer en début de séquence un message GM, GS ou XG. Comment ? Dans Cakewalk, il suffit de double – cliquer sur la fenêtre " Sysx " et de taper la commande.

Message GM On : tapez " F0 7E 7F 09 01 F7 "
Message GS On : tapez " F0 41 10 42 12 40 00 7F 00 41 F7 "
Message XG On : tapez " F0 43 10 4C 00 00 7E 00 F7 "

Haut de Page