Haydn

Accueil L'Auteur Liens Carte du site  

Remonter

Franz Joseph
Haydn compose son concerto pour trompette en 1796, au retour de son second voyage en Angleterre. Il écrit la partition (dont l'original est aujourd'hui conservé à Vienne) pour la trompette Mi b à clés mise au point par le trompettiste de l' Opéra de la Cour de Vienne, Anton Weidinger; le concerto lui est par ailleurs dédicacé.
Haydn utilise largement les passages chromatiques dans son oeuvre, preuve s'il en fallait du bon fonctionnement de l'instrument.
Originellement écrit en Mi b, il est aujourd'hui transcrit en Si b, pour des raisons pratiques.

Cet instrument à clés était un précurseur de ce qui allait devenir la trompette moderne, et Weidinger l'améliora en 1801 en le dotant de clés supplémentaires, qui couvraient des ouvertures sur le côté; il transplantait ainsi le principe des Bois sur un instrument en cuivre à forme conique.
Les expériences de Weidinger, entreprises comme bien d'autres du même genre (Köbel à St Petersbourg, Woeggel à Augsburg), avaient pour but de donner à la trompette une tessiture plus large. Mais ces expériences furent rendues inutiles en 1813, par l'invention de la trompette à pistons de Bluehmel, qui offrait ainsi à l'instrument la gamme chromatique complète.


Haydn (1732-1809), compositeur autrichien , est né dans une famille nombreuse (son frère Michäel sera également compositeur) de musiciens amateurs, il quitte son village natal à l'âge de huit ans afin de chanter comme soprano dans la maîtrise de la cathédrale Saint Etienne de Vienne. Il continuera ses études de musique à Vienne épaulé par le célèbre poète et librettiste italien Metastase. Sa formation fût essentiellement autodidacte, il étudia notamment les premières sonates de Carl Philipp Emanuel Bach.

L'oeuvre de Haydn s'étend sur un demi siècle, sa production est immense - musique symphonique, de chambre, lyrique, vocale, religieuse...- et il n'existe pas encore d'édition des oeuvres complètes (travail rendu particulièrement difficile par le nombre énorme d'ouvrages qui lui ont été faussement attribués).

  • 1752- Première composition, un Singspiel "Der krumme Teufel".
  • 1757- Haydn écrit ses premiers quatuors à cordes.
  • 1758-1759 - Haydn est engagé par le comte Ferdinand Maximilien von Morzin comme maître de chapelle.
  • 1760- Il épouse Maria Anna Keller, la fille aîné de son ancien bienfaiteur, ce sera un mariage malheureux.
  • 1761- La vie de Haydn prend un tournant décisif avec sa rencontre du plus riche seigneur de Hongrie le prince Paul Anton Esterhäzy qui le nomme second maître de chapelle dans sa propriété d'Eisenstadt. Haydn, dès cette époque, abordera tous les genres musicaux (quatuors à cordes, symphonies, oeuvres pour clavier et la plupart de ses opéras).
  • 1766- Il est élevé au rang de premier maître de chapelle par le prince Nikolaus Eterhäzy qui a succédé à son frère en 1762. Protecteur des arts, il est aussi d'une exigence terrible vis à vis de Haydn.
  • 1771-72 - Haydn compose, (entre autres) trois recueils de six quatuors à cordes chacun (op 9, op 17 et op 20).
  • 1772- Il compose la célèbre "Symphonie des adieux" ou Symphonie n°45 en fa dièse mineur.
  • 1780- Haydn est élu membre de la Société Philharmonique de Modène.
  • 1785- La cathédrale de Cadix lui commande un oratorio "Les Sept dernières paroles du Christ" qui sera créé en 1796.
    Son amitié et son admiration pour Mozart, son cadet de vingt cinq ans ne se démentira pas. Mozart appréciera également Haydn et lui dédiera une série de quatuors à cordes.
  • 1790- Haydn s'installe de façon permanente à Vienne tout en restant au service du nouveau prince Esterhäzy qui lui verse une pension annuelle de mille florins.
  • 1791- Haydn vient donner une série de concerts à Londres. Le roi lui même exprime son admiration pour Haydn.
    Il présente à Oxford (où il vient d'être nommé Doctor of Music honoris causa), sa Symphonie n° 92 en sol Majeur intitulée "La Surprise".
  • 1792- De retour à Vienne, il aura comme élève le jeune Beethoven.
  • 1794- Il repart à Londres pour une série de concerts et il est accueilli avec un grand succès. Haydn créera ses douze "Symphonies londoniennes" dénommées encore "Symphonie Salomon".
  • 1794- Haydn, à la demande de son nouveau prince Esterhäzy, se tourne vers la musique religieuse, et compose notamment six messes ("Heiligemesse", 1796 ; "Nelsonmesse", 1798 ; "Theresienmesse", 1799 ; "Harmonie-messe", 1799...)
  • 1796-1798 - Haydn compose son grand oratorio "La Création".
  • 1796- Il écrit le "Concerto en mi bémol majeur pour trompette" qui deviendra un classique pour les trompettistes.
  • 1797- A la demande de la cour, Haydn compose un hymne national pour l'Autriche.
  • 1799-1801- Haydn achève son oratorio "Les Saisons".
  • 1802- Haydn, rongé par la maladie, démissionne de son poste de maître de-chapelle auprès du prince Nikolaus.
  • 1804-1809- Haydn ne quitte plus sa maison près de Vienne et ne peut plus composer.
Haydn, malgré sa faiblesse physique, garde tout l'humour dont il a fait preuve tout au long de sa vie tant dans ses relations que dans sa musique (voir les clins d'oeil musicaux dans "La Symphonie des adieux", "La Surprise" , etc).
La musique de Haydn est un modèle d'écriture classique, et c'est son esprit inventif qui le place au dessus de ses contemporains. Il se soucia peu des conventions et, de son vivant, on lui reprocha d'avilir son art par son humour et ses traits plébéiens.
De 1760 à la fin du siècle, Haydn fit sienne l'histoire de la musique : il ne créa ni le quatuor à cordes, ni la symphonie, mais il leur donna leurs lettres de noblesse et les porta au plus haut niveau.
Haydn, géant musical, se situe entre le baroque finissant et le jeune mouvement romantique du 19ème siècle. Il est le premier des trois grands noms de compositeurs de cette époque, Haydn, Mozart et Beethoven.


La structure du concerto est "classique". Ses trois mouvements se conforment à l'écriture de Haydn qui le caractérisent avant la période de la fin de sa vie. Certains traits de caractère familiers, comme l'introduction lente du 1er mouvement ou le cycle de variations du mouvement lent sont cependant manquants.
Le joyeux, gai et élégant 1er mouvement tourne essentiellement autour d'un même motif, qui trouve une continuation naturelle dans un second thème développé à la quinte supérieure, mesure 60.
Le court mais dramatique développement qui commence à la mesure 94 commence en mineur, puis continue en une longue récapitulation de la première partie (6 mesures après 120), séparée de la Coda par une cadence (laissée vierge dans la partition manuscrite originale).
L'andante, qui utilise la sérénité pastorale du 6/8 cher à Haydn, offre une architecture simple, basée sur un schéma ternaire (A-B-A), avec un passage un peu plus marqué au centre, qui module à la tierce inférieure.
Le troisième mouvement, allegro, est un rondo basé sur un autre thème cher à Haydn, entrecoupé de sujets "auxiliaires", technique que l'on retrouvera entre autres dans le processus de composition de Schubert.

Concerto (accompagnement orchestre) - Concerto (accompagnement piano seul)