Entretien

Accueil L'Auteur Liens Carte du site  

Remonter

 

Voici illustrée la démarche que j'utilise lors d'un entretien "lourd". Il s'agit d'un véritable décrassage de l'instrument en profondeur. Jj'ai mis des photos; cliquez pour agrandir.

Avant toute chose, il est important de préciser que cet entretien que je qualifie de "lourd" n'est fait pour ma part qu'une fois par an environ (et encore...), mais l'efficacité de ce traitement n'est pas discutable; je n'ai pas reconnu ma trompette lors du concert que nous avons fait l'après-midi de ce nettoyage (oui, je sais, toujours à la dernière minute, gnagnagna... ;-)

Pour ce qui est simplement des pistons, c'est à la demande, dès que je sens une gêne, une petite goutte d'huile sans faire tout ce nettoyage présenté ci-dessous.

Vous m'excuserez pour le fond (des photos), d'habitude je fais mieux mais là, je ne vois pas comment j'aurais pu faire ça sur un beau fond rouge...

 
nett03.jpg (7134 octets) nett01.jpg (9908 octets) nett02.jpg (19193 octets) nett04.jpg (12089 octets)
D'abord, je remplis l'instrument d'eau assez chaude, par la branche. Je remplis jusqu'en haut, puis je laisse reposer quelques instants. Ensuite, je souffle le plus fort possible dans la branche (c'est très dur !)  Je refais ensuite la même manipulation, mais cette fois par le pavillon. Je ne souffle pas de ce côté, pour éviter que les déchets ne se déplacent dans les pistons. Voilà le résultat: moult horreurs sont sorties par le pavillon. Même traitement, mais uniquement pour la branche, que je bouche d'un côté puis de l'autre avec un doigt.
nett05.jpg (7077 octets) nett07.jpg (6056 octets) nett08.jpg (8804 octets) nett09.jpg (10980 octets)
La branche est nettoyée à l'aide d'un petit écouvillon, d'un côté puis de l'autre. Les pompes sont nettoyées, délicatement, à l'aide de l'écouvillon. Je passe dans tous les "tuyaux" possibles (accord, pompes de ré, fa, si...) Pour le pavillon, j'utilise un flexible spécifique qui comprend à son extrémité une sorte de bouchon en laine, un peu comme un hérisson de ramoneur. Vient le tour des pistons. Ceux-ci sont nettoyés avec un chiffon doux. Dans le corps de ces pistons, je passe à l'aide d'un crayon un autre chiffon. Il faut que ce soit bien sec, l'eau ne se mélange pas à l'huile.
nett10.jpg (12144 octets) nett11.jpg (14014 octets) nett12.jpg (8855 octets) nett13.jpg (17334 octets)
Je graisse (j'insiste, graisse, pas huile) ces pompes avec une pâte spécifiquement prévue à cette fin. Vous devriez trouver ce type de pâte dans tous les magasins spécialisés. Sur la coulissière, je ne mets pas cette pâte mais de l'huile d'amande douce. C'est important, elle doit être très mobile, tout comme la pompe de fa lorsqu'elle est... mobile. Les dessous de piston sont également retirés et nettoyés. Vous la voyez la crasse ? Le dessous remis, je place le piston dans son logement et le lui met une dose d'huile... à pistons (j'insiste de l'huile, pas de la graisse). Je suis généreux, mais point trop n'en faut. Puis le piston est replacé dans son logement. Chaque piston reçoit ensuite le même traitement. L'embouchure est elle aussi nettoyée au moyen de l'écouvillon. Pas mal de crasse également, elle est toujours en première ligne...
 

Voilà. Je peux vous assurer que si votre instrument vous semblait dur, il a changé depuis...