Bozza

Accueil L'Auteur Liens Carte du site  

Remonter


Eugène Bozza (Y a pas quelqu'un qui aurait une photo ?) est né à Nice le 04 avril 1905 d'une mère française et d'un père italien.
On retrouve ses origines latines dans un bon nombre de ses oeuvres:"rhapsodie niçoise" pour violon et piano ou encore la "cantate du centenaire" pour le rattachement de Nice à la France,5 chansons niçoises, quelques "fantaisies italiennes"...
Pourtant c'est aussi un homme du Nord avec son "chant de la mine" en hommage aux "gueules noires" et au pays minier. L'oeuvre que nous laisse Bozza est considérable et la liste des oeuvres qui est présentée ici ne peut être exhaustive, car toutes ses oeuvres ne sont pas éditées. On retrouve donc ici l'ensemble de sa carrière de 1923 à 1991. En 1923 on trouve éditée chez Senart, une oeuvre au titre très romantique,"nocturne sur le lac du Bourget", pour violon et piano. Eugène Bozza a alors 19 ans et vient de commencer une carrière de violoniste concertiste international (il a obtenu son premier pris au conservatoire de Paris en 1923 et il vient d'être engagé comme violon solo de l'orchestre Pasdeloup).C'est donc pour le violon que le jeune "Eugenio" écrit à l'époque.
Le jeune homme sait ce qu'il veut et il étonne tout le monde quand en 1930 à 25 ans, il décide d'abandonner sa carrière de violoniste. Il avait en fait le trac selon sa femme. En fait ce qui l'intéresse c'est d'écrire et de diriger.
Il retourne au conservatoire où il obtient en 1931 son prix de direction suivi de celui de composition en 1934. La même année il obtient le premier grand prix de Rome avec sa cantate "La légende de Roukmani", il part pour Rome pendant 5 ans c'est la deuxième phase de sa carrière. A Rome, à la Villa Médicis, haut lieu de la culture et du rayonnement artistique ,Bozza donne libre cours à son imagination. Durant cette période, il aborde des oeuvres importantes et l'on sent que l'artiste a mûri;on retrouve "inroduzione et toccata" pour piano et orchestre (Eschig 1938) et surtout "les psaumes ", toujours non édités pour choeurs, orchestre, orgue et fanfare (1938).
De retour en France, il est nommé en 1939,à l'opéra comique comme chef d'orchestre. La frénésie culturelle de la capitale, qui vit une période trouble laisse peu de temps au compositeur mais occupe entièrement le chef d'orchestre.
En 1950,il est nommé provisoirement au départ à Valenciennes avec une mission de réorganisation du Conservatoire. Il va trouver en cette ville une ambiance agréable, un orchestre de bon niveau, il va y rester jusqu'à sa mort en 1991. Cette troisième phase illustre la multiplicité des oeuvres. Il compose entre 1950 et 1991 la majeure partie de son oeuvre: symphonie, oratorio, musique de chambre.
Il a su mettre en avant les instruments à vent en écrivant de nombreuses oeuvres. Aucun instrument n'est oublié. Ce souci pédagogique se traduit encore par les succès de ses études, les fameuses "études sur des modes karnatiques" ou encore "les graphismes" préparation à la lecture des graphismes contemporains.
Bozza écrit encore pour ses professeurs; Leduc édite en 1968 un morceau de trompette et piano,"frigariana", titre qui ne peut se savourer que lorsque l'on sait qu'il est dédié à Henri Frigard, mon horrible (si si...) professeur de trompette au conservatoire de Valenciennes...! Il prend sa retraite en 1975, il continue à écrire jusqu'à sa mort. Miné par une longue maladie, Bozza s'éteint le 28 septembre 1991 vers minuit.

Quelques Oeuvres: TROMPETTE ET PIANO

Badinage
Caprice No1 et 2
Lied
Concertino (aussi avec orchestre)
Cornettina
Rapsodie
Rustique
Frigariana

TROMBONE ET PIANO

Ballade (aussi avec orchestre)
Hommage à Bach
Ciaccona

COR ET TROMPETTE

Contraste IV

2 TROMPETTES

Dialogue

TROMPETTE ET TROMBONE

4 esquisses