JB Arban

Accueil L'Auteur Liens Carte du site  

Remonter

 

Tout le monde sait que le cornet est un instrument relativement moderne, Papa tutucutupuisque développé au XIXè siècle à partir d'un ... croisement (?) entre le cor et la trompette, le cornopéan (je ne sais si c'est le nom anglais ou le nom générique; si qqun est au courant... merci). Les pistons imaginés par Charles Sax furent ajoutés plus tard, vers les années 1830. C'est Adolphe Sax (fils de Charles) qui améliora le cornet, qui fut bientôt adopté par les orchestres militaires français et anglais.

En fait, le cornet était loin d'être parfait, et c'est sur ce type d'instrument que commença à jouer le "Professeur Arban", ayant à surmonter moult obstacles qui, au fil des années et des essais des constructeurs, donnèrent le cornet actuel.

Jean Baptiste Arban naît à Lyon, le 28 février 1825. Très tôt il s'intéresse à la musique, plus spécialement aux orchestres militaires. Il en vient vite, après un apprentissage rapide de la théorie, à adopter le cornopéan comme instrument d'étude. Son abnégation dans le travail et la recherche sonore de cet instrument lui valurent en 1857 le plus grand des honneurs que l'on pouvait faire à un cornettiste de cette époque: devenir professeur au Conservatoire de Paris.

On lui donnait la capacité naturelle à inculquer à ses élèves les fondations nécessaires à la construction du "bien jouer"; il avait, disait-on, un charisme étonnant, et était aussi ambitieux pour ses étudiants que pour lui même.

Il n'y avait pas de méthode d'apprentissage du cornet à l'époque, aussi Arban décida-t-il de noter les exercices qu'il faisait pratiquer; ainsi commença le développement de ce qui fut édité ensuite, durant l'année 1864, comme "Méthode de cornet de JB Arban".

Le Comité des Etudes Musicales du Conservatoire de Paris avait décidé que la méthode soumise par Arban était fondée sur des principes excellents, n'omettant aucun des principes nécessaires à la formation de bon cornettistes. La méthode était basée sur la longue expérience de son auteur, tant exécutant que professeur, dont les exceptionnels résultats avaient jalonnés la carrière.

La méthode fut acceptée au Conservatoire de Paris, et l'acte officiel  fut signé par les plus grands noms de l'époque.

Arban fut le premier à vouloir faire du cornet un instrument soliste à l'égal de la flûte, du violon; il pensait que son instrument pouvait avoir un style aussi gracieux que les autres instruments. Il passait pour un rêveur; l'histoire lui donna raison.

L'histoire lui donna raison peut être le jour où, en 1848, il joua devant un public émerveillé le célèbre "Air pour Flûte" de Boehm, en se jouant des difficultés liés à cet air, en reproduisant le staccato de la flûte grâce au détaché binaire, puis ternaire, devenant ainsi  le premier cornettiste de l'histoire à utiliser ce détaché.

Beaucoup des professeur du début du XXè siècle enseignaient aux étudiant qu'il fallait passer autant de temps à lire les explications d'Arban avant chaque exercice, qu'à jouer les exercices...

Jean Baptiste Arban aura à tout jamais la fantastique tâche d'être le créateur de ce qui est devenu la bible du cornettiste, seul témoin de son art qui nous est parvenu.

Papa tutucutu, je te cherche toujours...

Jean Baptiste Arban mourut à  Paris, le 8 Avril 1889.

 


Source: Pioneers in Brass, de Glenn Bridges.